Loi sur les droits d’auteurs : Google donne moins de visibilité aux médias français

  • Home
  • Blog
  • Loi sur les droits d’auteurs : Google donne moins de visibilité aux médias français
Oct 2, 2019

Le mercredi 25 septembre 2019, Google a annoncé des modifications à l’égard de ses services en France. De telles modifications font suite aux décisions européennes sur le droit d’auteur. Votées plus tôt au cours du printemps 2019, ces lois visaient à introduire un droit voisin pour les agences et éditeurs de presse. Ces derniers devaient alors négocier une rémunération notamment avec Google qui mettait en avant leur contenu.

La réponse de Google aux lois européennes

Google ne compte pas céder à une rémunération des médias français. La solution radicale que préconise Google fut annoncée par Richard Gingras, vice-président de la partie News chez Google. La firme californienne n’affichera plus d’aperçu des contenus provenant des éditeurs de presse européens. Pour profiter de toute la visibilité proposée par Google, l’éditeur doit faire des démarches pour exprimer qu’il accepte que Google affiche des extraits de ses contenus.

À partir du mois d’octobre, les articles des médias qui refusent seront moins visibles sur Google. Par conséquent, ceux qui ne concéderont pas une utilisation gratuite à Google de leur contenu  seront bien moins mis en avant. Marc Feuille, le directeur du groupe Figaro considère cette solution comme le début de la disparition des médias en ligne. En effet, il estime qu’un article sans image ni extrait n’a pas le même taux de clic.

Pour Google, ses services gratuits sont des avantages pour les médias français. Le moteur de recherche déclare générer chaque mois près de 25 milliards de visites sur les sites de presses. 8 milliards de ces visites se feraient sur des sites européens. Le géant américain blâme donc les médias qui ne souhaitent pas utiliser cette affluence.

Une solution par approbation

La nouvelle interface du service Google News laisse le choix aux sites. Ce sera aux médias d’ajouter certains arguments techniques dans leurs pages web. Reconnus, ces marqueurs donneraient le feu vert au moteur de recherche. Ils indiqueraient les éléments à utiliser, l’aperçu du texte ainsi que la taille des images. Si le géant de Mountain View a déjà expliqué ses changements, les médias français ne comptent pas s’en contenter.